Déminer un conflit latent-Mettre fin au terrorisme relationnel- épisode 3- Astuce n°8

déminer les conflits latents

Comment déminer un conflit latent avec délicatesse et simplicité. Voyons aujourd’hui comment la fine équipe de la société d’ Alice s’en sort grâce à l’ Astuce de la “Notice d’Utilisation “

Un conflit latent : Nous avons vu dans les épisodes précédents comment Alice réagit au comportement ubuesque de Charlotte. Elle décide d’ appliquer la  “Technique de l’ Edredon” pour faire face aux agressions non fondées de cette dernière. L’ “Edredon” a merveilleusement porté ses fruits lors des derniers jours. Alice ne se laisse plus affecter par des agressions non fondées . Ce changement dans le comportement d’ Alice va-t-il  faire cheminer Charlotte? Persévérance …

Lundi 9h : Il fait beau, le soleil réchauffe Alice à travers la baie vitrée de son bureau. Une odeur du café flotte dans les couloirs . Charlotte entre dans le bureau d’ Alice en mode klaxon : Tutututu…. Elle brandit son ” tu ”  qui  ” tue ” généralement les relations : “Tu n’as toujours pas ouvert mon mail sur le projet Renouveau. De toute façon , tu t’en fous de ce que je peux bien produire !”

Alice, enveloppée bien confortablement dans son” Edredon”, sereine et douce : ” Oui , Charlotte, c’est exact : je n’ai pas encore ouvert ton mail. Dire que je me fous de ce que tu produis… c’est, effectivement, une manière possible de voir les choses. Tu es libre de les voir comme ça. Si tu souhaites connaitre mes intentions authentiques je te les partagerais bien volontiers. Bon, là, la réunion avec le nouveau DG démarre. On y va ?”

Alice découvre cette nouvelle sérénité qui lui permet de réagir avec discernement selon que son interlocuteur manie des faits ou des opinions à son encontre. Elle savoure cette saine affirmation qui s’installe gentiment.  Charlotte , silencieuse, suit le mouvement vers la fameuse salle de Direction où tout a commencé.

 

Pierre, le nouveau DG est là . De belle stature, tempes grisonnantes, un tour de taille de sportif, il affiche un beau sourire. ” Il pourrait poser sans dépareiller dans des pubs de montres, de costumes ou encore de parfum sur Air France Magazine” se dit intérieurement Alice, accoutumée à la Navette.

Moins dans les nuages, Charlotte, à peine assise, a branché son ordinateur portable. Elle est prête pour sa prise de note. Elle balaye ses derniers mails en attendant que la réunion commence. Anaïs et Loïc rentrent en plaisantant. Ils regardent amusés des photos sur le portable d’ Anaïs.

Tout le monde s’assoie. Pierre, en manager aguerri, constate que la répartition de ses nouveaux collaborateurs autour de la table mérite attention. Charlotte est isolée à sa gauche. Son ordinateur portable, ouvert, semble faire office de bouclier. Alice est en bout de table. Tout proche d’elle, Anaïs et Loïc sont assis sur le coté droit de la grande table en acajou .

En quelques secondes, intuitivement, Pierre comprend qu’il y a à déminer un conflit latent.

Il décide de changer le cours de ce premier CODIR : ” Bonjour à tous. J’ai déjà eu le plaisir de vous rencontrer chacun individuellement. Avant d’installer notre rituel du lundi matin, j’aimerais que nous prenions un temps unique et particulier. Certes, les méthodes, les outils, vont nous aider à performer. Pour autant, rien n’est possible si la petite flamme qui anime chacun d’entre nous est éteinte. Nous allons donc en premier lieu, prendre soin de ce bien si précieux.

L’ expérience m’ a montré que notre proche environnement, bien souvent sans le vouloir, provoque d’ énormes courants d’airs qui soufflent la bougie du moteur de nos envies. Aussi, pour éviter ça entre nous, je vous propose que nous prenions dix minutes pour écrire notre notice d’ utilisation.

Loïc, spontané, demande tout haut ce que les autres pensent tout bas : ” Qu’est ce que tu entends par notre notice d’utilisation  ?!”

Pierre : ” Tous les produits qui sortent de nos usines sont accompagnés d’une notice d’utilisation. Anaïs , tu m’as dit la semaine dernière, que les réclamations clients ont diminué de 80% par rapport à l’an dernier. Pour toi cette amélioration est directement en relation avec la dernière modification dans la notice d’utilisation. Cette modification porte sur les consignes de prise en main des appareils, n’est ce pas ? “

Anaïs : ” Exact. Mais, Pierre, j’ai du mal à voir le rapport avec nous ? ”

Pierre : ” Nous ne sommes pas tous faits du même bois. Il nous faut éviter de reproduire entre nous la fable suivante :

Un lion et un lapin étaient amis de longue date. Le lapin apprenant que son ami le lion venait à passer dans sa contrée le fit inviter. Ce dernier acquiesça sans hésiter. Il fit savoir qu’il passerait une semaine chez ce dernier : quel bonheur de revoir son ami le lapin adoré.

L ‘ invitation confirmée, monsieur lapin se mit en tête de satisfaire son invité. Il  mettrait les petits plats dans les grands pour fêter dignement ce bon moment. Il approvisionna ce qu’il y avait de meilleurs : aux carottes habituelles, il rajouta de la laitue, des poireaux et fit  aussi la folie d’acheter des brocolis.

Content de lui , arriva enfin le jour “J” où il revit son ami. Le lion rayonnant de joie s’installa.

Premier repas, monsieur lion découvrit déconfit ce menu végétarien qui ne lui correspondait en rien. Devant la joie de son camarade, il ne dit rien et ressortit du repas avec une petite faim. Le lendemain, toujours poli, il prit sur lui , mais son humeur enjouée commença à en être affectée. Le surlendemain , malgré le brocolis de fête, son instinct félin sentit surtout la fine odeur de gibier que son compagnon exhalait….”

Charlotte :  ” Et le lapin , se fit bouffer par son meilleur ami ! ”

Alice : ” Pourtant ce dernier était truffé de bonnes intentions ! ”

Anaïs : ” D’accord , Pierre, je crois que je comprends l’idée de la notice d’ utilisation. Nous sommes tous uniques et singuliers. Nous avons tendance à offrir aux autres ce que nous apprécions. Rien ne nous garantit que pour eux , c’est bon. Aussi décrire aux autres la bonne façon de nous “utiliser” nous donne toutes les chances d’être bien servi. En procédant tous ainsi , nous créons les conditions qui nous permettent de fluidifier et de faire fructifier nos relations ! Pour ma part, par exemple, ma créativité va être coupée si je ne vous dis pas que, dès que vous commencez vos phrases par “Non”, vous me perdez !”

Pierre : ”  C’est bien ça , Anaïs. De plus, dans les notices d’utilisation, il y a la rubrique : “Pannes les plus fréquentes”, avec la procédure à suivre dans ces cas là. Je souhaite donc que chacun de nous pendant les dix minutes qui vont suivre, décrive :

  • les points clés pour bien “relationner” avec lui
  • ses  bogues les plus fréquents
  • la procédure que nous aurons à suivre pour l’aider à revenir à la normale “

Loïc : ” Ça n’est pas facile ce que tu nous demandes là !”

Pierre répond par un sourire bienveillant. Il parcourt du regard le tour de table. Sourires, regards concentrés, doigts devant la bouche en signe de réflexion… les stylos commencent à s’animer. Le clavier de Charlotte se met à chanter. Pierre commence lui aussi à gratter les trois feuilles de papier qui sont allongées devant lui. Ces menus bruits semblent être  l’écrin du silence quasi religieux qui vient de  installer …

Pierre, Alice, Charlotte, Anaïs et Loïc  vont -il déminer un conflit latent que Pierre a perçu entre ses collaborateurs. L’ astuce n°8 : notice d’ utilisation va-t-elle s’avérer fructueuse ?

Pour le savoir, je vous invite à lire le prochainement l’ épisode suivant. Si vous aimez cette histoire, n’ hésitez pas à m’ encourager à la poursuivre . Laissez moi un petit mot dans la case de commentaires ci-dessous.

Faire face à une agression non fondée-Stop au terrorisme relationnel- épisode 2 et astuce n°7

Comment faire face a une agression non fondee.

Dans l’ épisode précédent nous avons suivi l’ altercation d’ Alice et Charlotte, sa collègue. Alice a tenté de faire face à une agression non fondee…

Rappelez – vous . La  réunion  avait été … bizarre . Bien démarrée par une super créativité, elle avait fini en jus de boudin. Les multiples freins et critiques de Charlotte avaient eu raison de l’efficacité et de la sérénité de l’équipe .  Plus tard Alice voulu comprendre sa collègue. Elle alla la voir. Charlotte se plaignit alors d’ être victime du rejet de ses collègues … Alice, à mille lieux de cette intention, n’en revenait pas !!!  Charlotte avait construit une réalité virtuelle dans laquelle Loïc, Anaïs et Alice étaient des salauds qui la mettaient de côté. Un film catastrophe dans lequel elle habitait depuis plus de trois semaines. Au fil du temps la vie y était devenue irrespirable. Les faits qui avaient prévalus à l’édification du scénario étaient exacts . Tout le reste était pure invention sur base d’ interprétation.  De l’intérieur du film de Charlotte, tout ce que pouvait faire ou dire Alice, Loïc et Anaïs était retenu contre eux . Frustrant ! Agaçant ! Exaspérant !!!! Alice, la bienveillante, tenta quand même quelques explications pour aider Charlotte à revenir à la raison .

 17 h 45 . Après le touchant plaidoyer d’ Alice, Charlotte, froide et fermée, lance un ironique : ” Ok, on va dire qu’il y a eu un malentendu …”. Ces mots tombent comme la lame de la guillotine sur une discussion condamnée d’avance !  Alice repart dans ses pénates, dépitée. Elle se concentre pour avancer sur ses propres dossiers qui ont pris un sacré coup de ralenti cet après midi. Son énergie a été vampirisée à essayer vainement de faire face à une agression non fondée.

19 h. Alice est dans les bouchons. La  pluie sur le pare brise et le grincement rythmé des essuies glaces rajoutent à la morosité. L’été est en train de se carapater à la vitesse grand V.  Alice repense à Charlotte. Elle est partagée entre colère et tristesse. Charlotte a frappé fort. Alice, pour qui l’harmonie est si précieuse, est mal, mal, mal…  ” Brehhh. Il fait froid “. 

Le visage fermé de Charlotte et son ” On va dire qu’il y a eu un malentendu”   hantent Alice .

“Quelle connasse ” se dit-elle. “On fait tout pour lui faciliter la vie et voilà comment elle remercie ? De toute façon, à ce petit jeu , elle va perdre ! Elle va finir par se mettre tout le monde à dos. Après tout, je m’entends bien avec Loïc et Anaïs. Si elle veut s’isoler, c’est son problème “. L’ amertume sèche sa gorge. Tous les coups tordus de Charlotte se bousculent à la porte de sa mémoire. Il  est plus que tentant de couper les ponts . Quand on est con, on est con ! Et le temps ne fait rien à l’affaire… comme le dit la chanson.

Le bouchon se délie, le trafic reprend. Enfin !

” Demain , je fais comme si rien ne s’était passé, on verra bien.” Oui mais voilà : ” Si  Charlotte fait bande à part, continue son délire, elle va nous pourrir toutes les futures réunions du projet Renouveau ! ” Et ça, Alice n’en veut pas !!!

Alors Alice essaye de se raisonner. Charlotte n’est pas QUE conne. Elle est intelligente, efficace et connait bien son job. Quand elle ne se fait pas de cinéma, elle est même une excellente collègue, capable d’un humour à faire pleurer de rire tout le service.

” Mais comment lui parler ? Tout est déformé ! ”

La radio, écoutée machinalement, diffuse le blabla d’une émission prise de tête quand Alice entend : ” Quelque soient les démentis de son interlocuteur, le sujet les interprète à la faveur de sa croyance.” La voix suave de l’animatrice  enchaine ” Merci Docteur Spouts, d’ être venu nous parler aujourd’hui du syndrome de Clérambault, appelé aussi Erotomanie.”

” ??!???” La curiosité d’ Alice est piquée au vif. Ce soir, si la fatigue n’a pas raison d’elle,  elle ira faire une virée sur le net pour voir si ce syndrome peut la mettre en chemin vers des solutions appropriées.

Trois kilomètres plus loin.

Alice revoit le visage de Charlotte , son expression, elle réentend le ton de sa voix . Il n’y a aucun doute ” En plus , Charlotte est vraiment convaincue que sa vérité est La Vérité !!!”

En passant devant le radar de la sortie  10 du périphérique, un flash tilte, non pas sur le radar mais dans l’esprit  d’ Alice : ” J’ai une idée  :  Charlotte interprète les faits à sa façon. Elle se raconte une histoire où Loïc , Anaïs et moi , on est des méchants. Même si c’est faut, je suis blessée à chaque fois. Aussi, la prochaine fois que Charlotte repart dans un délire , je commence par me protéger. Je mets un édredon virtuel entre elle et moi  avec la technique suivante. Pour tous les faits , je répondrais : ” C’est exact ! ” et pour tous les jugements , opinions, croyances, je répondrais ” Tu peux le voir comme ça ! ” ou encore ” C’est une façon possible de voir la question” . 

Le portail automatique s’ ouvre. Enfin à la maison !

Alice est soulagée . La dernière réplique qu’elle vient d’imaginer est une bombe. Elle est de nature a éradiquer le biais que prend Charlotte pour transformer son point de vue, sa vérité en… LA Vérité.  Dire ” Tu peux le voir comme ça” , revient à dire clairement qu’on peut aussi le voir autrement. ” C’est GENIAL !!!” se dit Alice dans un élan de joie. ” Avec ces quelques mots, un zoom est fait sur sa vérité qui n’est pas la seule, l’unique , la véritable Vérité.

“Vivement demain pour tester” se dit Alice.

Rendez- vous au prochain épisode , pour voir si cette brillante idée de génie , cette technique de l’ Édredon ( Astuce n°7 🙂 ) , évite à Alice des ennuis. Pourra-t-elle cesser de se faire vampiriser pour faire face à des agressions non fondées de Charlotte .