sort des anciennes méthodes dans un contexte de changement

Sort des anciennes méthodes dans un contexte de changement.

Bonjour chers leaders audacieux, aujourd’hui je vous propose de prendre une minute pour envisager le sort des anciennes méthodes dans un contexte de changement profond.

L’illusion d’un demain « copier-coller » d’hier nourrit parfaitement notre besoin fondamental de sécurité. Aussi sommes-nous très attachés à des méthodes éprouvées qui ont construit nos succès. Mais quand des changements profonds sont engagés, de notre fait ou malgré nous, que garder et que jeter des ces méthodes à succès ?

Devons-nous « jeter le bébé avec l’eau du bain » ? Devons -nous jeter toutes les méthodes en même temps que le modèle ancien ?

C’est ce que je nous demande aujourd’hui et je nous propose une démarche en trois étapes pour y répondre en faisant appel à notre simple bon sens.

Dans un contexte de changement profond, reprenons chacune des méthodes usitées et revenons à l’essence et au sens qui les animent.

Première question : Quid de la finalité de la méthode ? Le « pourquoi » de la méthode (« comment faire ») est-il toujours d’actualité ?

Est-ce que cette finalité est toujours utile dans le changement de contexte profond auquel nous sommes exposés ?

Cette méthode a-t-elle pour finalité d’améliorer  l’agilité ? la productivité ? la sérénité ? la sécurité ? La qualité ? … ?

Si oui, alors allons nous poser la deuxième question.

Si non, remercions dame méthode pour ses bons et loyaux services et proposons-lui une conversion dans d’autres contrées où une retraite bien méritée.

Deuxième question : Le «  comment » de la méthode est-il toujours performant avec les changements opérés ?

Retrouvons l’esprit plutôt que de nous attacher à la lettre : Le « comment  faire » de la méthode , auquel nous nous sommes habitués est fondé sur un principe : le « pourquoi  du comment faire”.

Si la méthode enferme sur une façon de procéder, son « pourquoi » procéder ainsi, lui, nous ouvre les possibilités d’encore et toujours mieux s’ajuster à un contexte profondément changé.

Prenons un exemple. Ce que je vais décrire est aussi valable pour toutes les méthodes d’organisations. Exemple simple, en communication : la méthode DESC.

Q1 : Sa finalité est de faire une remarque qui crée des conditions favorables à ce que l’autre accepte de se comporter autrement. Toujours utile dans le nouveau contexte.

Q2 : Rappelons la méthode DESC : commencer par Dire les faits, puis Exprimer ce qui va et ce qui ne va pas pour nous, ensuite, de Suggérer des solutions, et enfin de dire les Conséquences bénéfiques de la mise en œuvre de ses dernières. Pas question de procéder autrement !

Si pour des raisons X ou Y un changement de contexte profond vient à  remettre en question sa faisabilité pratique, alors revenons à l’esprit de la méthode DESC.  Il s’agit d’interpeller l’autre, chacun à partir de sa responsabilité et pour assumer cette dernière dans un intérêt réciproque voire commun. Le tout en évitant de tomber dans le jugement.

A partir de cet esprit qui sous tend la façon de procéder , nous pouvons imaginer mille autres façons dont certaines mieux ajustées aux contexte qui a évolué.

Mais sur laquelle s’arrêter ? Cela nous amène à la dernière question.

Troisième question : Quid de la nouvelle la méthode qui va en découler ?

La finalité de la méthode ( le « pourquoi »)  permet d’en vérifier l’utilité . L’esprit de la méthode (le « pourquoi » du « comment  faire ») , ré- ouvre mille possibilités. Maintenant on peut choisir parmi elles la nouvelle méthode , adaptée au contexte qui a changé.

Là intervient l’intelligence collective. Mobilisons quelques personnes impactées par les changements, partageons les enjeux d’ajustement, rappelons la finalité et l’esprit des méthodes passées qui sont tous deux à garder, et enfin, ouvrons à la porte créativité pour dessiner ensemble les contours de la nouvelle façon de procéder.

Simple ? Non ? Sauf si la peur ou l’orgueil  deviennent les geôliers de façons de procéder…! Courage et humilité semble être en la matière nos deux meilleurs alliés 😉

Voilà chers leaders audacieux, selon moi, le sort des anciennes méthodes dans un contexte de changement profond. Trois questions peuvent nous aider :

  • La finalité , le « pourquoi » de la méthode est-il toujours d’actualité ?
  • La méthode est-elle toujours performante avec les changements opérés ? Si oui alors la garder telle quelle, sinon au lieu de la rejeter d’emblée , revenons à l’esprit sur lequel elle est fondée pour voir ce qu’on peut en tirer.
  • Quelle nouvelle façon d’opérer ? Forts de l’esprit du précédent « comment faire » invitons l’intelligence collective pour co créer la nouvelle façon de procéder.

A dimanche 12h12, pour un prochain numéro.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :