que l'énergie investie donne de beaux fruits

Que l’énergie investie donne de beaux fruits

Je ne résiste pas aujourd’hui, chers leaders audacieux à refaire une synthèse de la pensée que Marc Halévy clame haut et fort depuis des années.  Mon objectif ici est d’être au service des leaders audacieux pour que leur énergie investie donne de beaux fruits et paie grandement et utilement les efforts fournis. Voici un court résumé d’une intervention d’une heure et demi. Vous pouvez en visionner la totalité ici.

Nous sommes en pleine bifurcation.

Nous vivons un changement de la logique globale de fonctionnement de l’humanité.

Rien d’étonnant à cela :

L’histoire nous enseigne que, quel que soit le lieu considéré sur notre planète, nous changeons de paradigme du processus socio-économique de l’économie mondiale des sociétés humaines, tous les 550 ans, le dernier était pour nous……  au début de la Renaissance.

Un paradigme est en bout de course, il est usé, quand il n’est plus en phase avec le monde réel. Et dans le monde du vivant, un autre paradigme émerge et prend le relais.

C’est ce qui est en train de nous arriver depuis quelques années.

Le paradigme de la Modernité décline au profit d’une nouvelle ère pas encore nommée, tant elle est encore peu conscientisée.

Et c’est d’autant plus difficile à conscientiser qu’à chaque paradigme correspond ses systèmes de régulation : les institutions de pouvoir.

Donc les institutions boursières, les institutions syndicales (patronales et ouvrières), les institutions politiques, les institutions d’éducations (écoles et universités), les institutions relatives aux Mediaş sont les institutions de pouvoir du paradigme de la Modernité.

Mais attention et notons bien … : chacune de ses institutions a pour mission de pérenniser le paradigme qui l’a engendrée !!!!  

On pourrait dire autrement qu’elle résiste avec force et aveuglement aux changements nécessaires pour aborder sereinement et pour rester vivant dans le nouvel environnement. Elle croit et nous annonce que la crise va se terminer, poursuit une relance sur des schémas dépassés. Cet aveuglement est aussi illusoire que, pour vous et moi de croire que si notre chemin de vie est compliqué, il n’y a cas rebrousser chemin et revenir dans ce doux lieu climatisé avec nourriture à volonté qu’était le ventre de maman.

Eh oui, il n’y aurait pas de changement nécessaire si le réel qui nous entoure restait figé. Mais nous vivons cinq ruptures majeures, qui à chaque fois que l’une d’elle s’est produite dans l’histoire, nous a fait changer de société.

La première est l’évolution de l’économie mondiale avec aujourd’hui le dépassement du point de rupture où la demande (liée à la démographie croissante exponentiellement) est définitivement supérieure à l’offre (ressources matières premières non renouvelables en voie d’épuisement, de quoi faire vivre 2 milliards d’êtres humains alors que nous sommes déjà 5,5 milliards de trop).

Leaders audacieux, pour avoir des initiatives qui paient, investissons dans la créativité pour palier à cet impératif planétaire de frugalité, sans la confondre avec une anorexie programmée ! Le premier défi : Comment faire MIEUX QUALITATIVEMENT ET MOINS QUANTITATIVEMENT ?

La seconde rupture est la révolution numérique, avec l’avènement de la toile, le web, et la richesse et l’instantanéité de l’information et de la connaissance à disposition universelle. Révolution qui a aussi ses travers de crétinisations si nous nous laissons porter par du prémâché audiovisuel, si facile à ingurgiter et si bien conçu, que nous pouvons nous laisser hypnotiser et lui donner des heures irrattrapables de notre vie en nous laissant dicter nos futures envies ….

Deux études ont été faites en Europe (Belgique et Allemagne) qui confirment que dans 20 ans 40% des jobs actuels seront assurés par des robots ! Finis les jobs répétitifs et ennuyeux, place au travail intelligent.

Leaders audacieux,il nous faut nous PREPARER AUX METIERS DE DEMAIN ! Le second défi : Comment réorienter les titulaires de métiers dits de « Petites mains » ?

La troisième rupture est celle de l’explosion de la complexité = nombre d’acteurs actifs x nombre d’interactions entre ces acteurs qui fait que le modèle pyramidal traditionnel de nos organisations, ne répond plus aux impératifs de réactivité issus de cette complexité. Le modèle qui s’y prête le mieux est celui du fonctionnement en réseau. Mais gare à lui, si n’importe qui décide de n’importe quoi à n’importe quel moment. Une solution existe, celle de remettre le pouvoir de décision au plus près de celui le plus à même de régler la question, en général celui qui est directement confronté au problème.

Leaders audacieux, il nous faut repenser la GOUVERNANCE INTERNE ! le troisième défi : Comment s’organiser faire vivre le principe de subsidiarité au quotidien ?  Le MOM21 vous fait bénéficier de la connaissance de vos pairs qui ont déjà bien avancé sur le sujet. Et Paul, Inès et moi nous ferons un plaisir de vous accompagner si vous le désirez 😉

La quatrième rupture est celle de l’économie de masse et de prix, fille de l’industrie, qui pour pouvoir grandir et prospérer s’est financiarisée, puis a rogné sur les achats avec les incidences sur la valeur d’usage que vous connaissez.

Leaders audacieux, nous avons à réussir à passer d’une logique de prix à une logique d’usage. Le quatrième défi : Comment devenir des virtuoses de nos savoir-faire propres et différenciants au point qu’on n’en discute plus le prix ?

La cinquième rupture est celle des mentalités. Si autrefois, les efforts fournis poursuivaient le but de réussir dans la vie (référentiel collectif externe), aujourd’hui tout est prôné pour réussir SA vie (Référentiel individuel interne) dans la facilité. La simplicité d’être soi ! Et Marc, nous met en garde sur deux points : Un, « C’est difficile d’être simple ! » ; Deux, « comment voulez-vous avoir une vie de travail collaboratif en réseau si chacun est obnubilé par son seul nombril ! ».

Leaders audacieux, la réussite durable impose de sortir de la seule quête de réussite perso et de s’ouvrir, à plus grand, plus large, plus profond, plus beau ! Le cinquième défi : Comment introduire plus de spiritualité (à ne pas confondre avec religiosité) dans nos vies et donner un super sens (au-delà de faire du profit) aux projets que nous entreprenons et pour lesquels nous embarquons d’autres talents  ?

Voilà chers leaders audacieux, cinq défis pour que l’énergie investie donne de beaux fruits. A vos marques, prêts, partez !

Et rendez vous à dimanche 12H12 pour un prochain numéro 😉

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réflexions sur “Que l’énergie investie donne de beaux fruits”

  1. “Разум, некогда расширивший свои пределы, никогда не возвратится в исходные.” – доказывал Альберт Эйнштейн. Премного благодарю только за то, что Вы, собственными текстами, позволяете разуму выйти за рубежи своих границ.

    1. СПАСИБО, donc merci à votre commentaire Валентин qui si je me fie à google translate “Valentin” dit : “L’esprit, qui une fois élargi ses limites, ne reviendra jamais à son état d’origine.” – a fait valoir Albert Einstein. Merci beaucoup seulement pour le fait que vous, avec vos propres textes, permettez à l’esprit de dépasser vos frontières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :