Libérer sa créativité

Libérer sa créativité

Comment libérer sa créativité ?

« Faire deux choses en même temps, c’est n’en faire aucune. »  Romain Publilius Syrus.  

Et pourtant,

ça n’est pas en respectant cette sentence

que les grands créatifs avancent !

Etes – vous curieux , chers Leaders Audacieux , de connaitre un secret des grands créatifs inspirés ? Alors lisez ces quelques lignes, et pensez à vous abonner à ce blog (si ça n’est pas déja fait) . Vous serez prévenus des astuces suivantes 😉

Albert Einstein, en 1905, a publié quatre articles scientifiques remarquables, dont un sur le mouvement brownien.  Celui-ci a donné la preuve empirique que l’atome existait, et a posé les bases mathématiques de la science économique.  Un autre de ses articles était sur la relativité générale, et encore un autre, sur l’effet photoélectrique, grâce à l’un sur les panneaux solaires !  Il a reçu un prix Nobel pour celui-là.  Son quatrième article a fait connaître la fameuse équation :  e = mc².  Comme quoi, faire plusieurs choses à la fois peut avoir du bon ! 

Bon, d’accord , nous ne sommes pas tous vraiment câblés comme Einstein !

Eh bien Einstein est loin d’être le seul créatif à travailler sur plusieurs sujets à la fois.  En fait c’est la caractéristique des personnes très créatives, artistes et scientifiques.  Tim Harford qui a commis une conférence TEDx sur le sujet , nomme ce mode de fonctionnement : le multitâche au ralenti.

Ce qu’il décrit est le fait d’avoir plusieurs projets sur le feu au même moment, et de passer de l’un à l’autre en fonction de nos humeurs, ou de la situation qui se présente.   Il y a soixante ans, un jeune psychologue du nom de Bernice Eiduson a commencé un long travail de recherche sur la personnalité et les habitudes de travail de 40 scientifiques de renom.  Einstein était déjà mort, mais quatre de ses sujets d’étude ont gagné des prix Nobel, dont Linus Pauling et Richard Feynman.  La recherche a pris des décennies, elle a continué après la mort du professeur Eiduson.  Et elle a fournit la réponse aux questions : « Comment les scientifiques sont capables de fournir une telle quantité de travail tout au long de leur vie ? »  Qu’ont-ils de particulier ?  Est-ce leur personnalité ? Leurs compétences ?  Leurs routines journalières ?

Eh bien, la tendance qui s’est dégagée et en un surpris plus d’un.  Les grands scientifiques n’ont fait que passer d’un sujet à l’autre.  Et ils ont fait de manière répétée pendant leurs 100 premières publications de recherches scientifiques.  Et vous savez à quelle fréquence ?  Trois fois ?  Cinq fois ?  Non. En moyenne, les scientifiques les plus durablement créatifs ont changé 43 fois de sujet au cours de leurs 100 premières publications.  C’est donc ça, le secret de la créativité :  le multitâche au ralenti.  Les recherches d’Eiduson offrent une re popularisation du multitâche et d’un rappel d’à quel point il peut être puissant.  Et elle n’est pas la seule. Différents chercheurs, utilisant différentes méthodes d’étude sur les personnes très créatives, ont trouvé qu’ils avaient souvent plusieurs sujets en cours au même moment, et qu’ils étaient plus aptes que nous à avoir des passe-temps sérieux.  

Pour libérer sa créativité, le multitâche au ralenti est omniprésent chez les personnes créatives.  Mais pourquoi ?

Selon Tim Harford, il y a trois raisons :

La première est la plus simple.  La créativité survient souvent en sortant une idée de son contexte original et en déplaçant une autre partie.  Sortir des sentiers battus, c’est plus simple en passant d’un chemin à l’autre.  Prenez par exemple l’origine du fameux « eurêka ! ».  Archimède essayait de résoudre un problème difficile.  Quand soudain, il réalise qu’il peut le résoudre en utilisant le déplacement de l’eau.  Si on en croit la légende, l’idée lui est lieu quand il a pris son bain, se plongeant dedans, et observant le niveau de l’eau monter et baisser.  

La seconde raison du succès du multitâche, c’est qu’apprendre à faire une chose correctement aide souvent à faire une autre.  Tout athlète vous confirmez les bénéfices du cross-training.  Il est tout autant possible d’entraîner son cerveau.  Il y a quelques années, les chercheurs ont pris 18 étudiants en médecine au hasard et les ont inscrits à un cours au Musée d’Art de Philadelphie, où ils ont appris à critiquer et analyser les œuvres d’art.  A la fin de ce cursus, les étudiants ont été comparés avec un autre groupe de leurs collègues de médecine.  Ceux qui ont suivi le cours d’art étaient devenus plus performants dans des tâches telles que le diagnostic des maladies de l’œil par l’analyse des photos.  Ils sont devenus de meilleurs ophtalmologistes.  Donc, pour devenir plus performant, il faudrait peut-être faire quelque chose d’autre, même dans un domaine tout à fait différent de celui de base, comme l’ophtalmologie et l’art. 

Il y a une troisième raison qui fait que la multitâche au ralenti peut nous aider à résoudre nos problèmes.  Il peut nous fournir de l’aide quand on n’arrive plus à avancer.  Ça peut arriver n’importe quand.  Imaginez que vous faites des mots croisés, que vous ne trouvez pas un mot, parce que vous avez un autre mot en tête.  La solution est simple : faites autre chose.  Changez de sujet, de contexte. Ce genre de blocage provoque de la congestion, du stress, peut-être même de la dépression.  Mais si vous avez un autre projet palpitant sur lequel travailler, en vous concentrant sur cet autre projet votre blocage disparaît et ré ouvre la porte à la créativité.

Il y a cependant un problème pour ainsi libérer sa créativité.  Comment mettre en pause tous ces projets qui nous surmènent ?  Comment garder toutes ces idées en tête ?  

Une solution en boite pour libérer sa créativité en multitâche au ralenti sans risquer de perdre ses idées dans la durée ! :

Eh bien, voilà une solution simple et pratique offerte par la grande chorégraphe américaine Twyla Tharp.  Ces quelques dernières décennies, elle a dépassé les limites, mélangé les genres, gagné des prix.  Dansé sur des musiques allant de Philip Glass à Billy Joel.  Elle a écrit trois livres.  Et bien sûr, elle est adepte du multitâche au ralenti.  Elle dit :« Vous devez être tout.  Pourquoi se mettre des barrières ?  Soyez tout. »  Et sa méthode pour éviter que tous ces projets différents ne surpassent est assez simple. Chacun de ses projets est une boîte en carton sur laquelle elle a écrit le nom du projet.  Elle y a collecté des DVD, des livres, des pages de magazines, des programmes de théâtres, des objets, à peu près tout ce qui lui serait une source d’inspiration créative.  Et elle a écrit : « La boîte me garantit de ne jamais oublier.  La plus grande peur pour une personne créative est de perdre une idée géniale parce qu’elle n’a pas pu être notée et la garde à un endroit sûr.  Je n’ai pas ce problème-là, parce que je sais où la retrouver : Dans sa boîte ! »  Vous pouvez gérer beaucoup d’idées ainsi, soit dans de vraies boîtes, soit dans leurs équivalents virtuels. 


Avez – vous envie de libérer votre créativité naturelle ? Etes-vous prêts à vous dépêcher de ralentir pour expérimenter le multitâche au ralenti ? Alors à vos box, une par projet- sujet 😉.

N’oubliez pas de vous abonner pour profiter des astuces qui vont succéder.

A dimanche 12H12, pour un prochain numéro.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :