Faire face à un pervers narcissique

Bonjour les Leaders Audacieux,

Comment faire face à un pervers narcissique?

Comment faire quand vous avez un collaborateur, un collègue ou un chef atteint de cette pathologie ? Vous m’avez posé des questions suite à ma vidéo sur un manipulateur, fauteur de trouble.

Quand nous parlons de  faire face au pervers narcissique, de qui parlons- nous ?

Dans le mythe, Narcisse, était amoureux de son image au point d’en y perdre la vie. Le pervers narcissique est au centre de son existence. Elle seule lui importe. Il prend son plaisir à s’affirmer sans aucun soupçon d’empathie pour autrui. La souffrance des autres lui est tout simplement inaccessible.  Vous n’êtes pas pour lui un sujet sensible, mais un objet potentiellement utile pour satisfaire son bon vouloir imprévisible, changeant, voire loufoque.

La seule issue POSITIVE serait une psychothérapie. En général  le pervers narcissique trouvera pleins de bons prétextes personnels pour la refuser.

Alors, chers leaders audacieux, comment faire quand vous avez un collaborateur, un collègue ou un chef atteint de cette pathologie ?

Comme le pervers narcissique voit tout en fonction de lui. Il  entend tout en fonction de lui. Il ressent tout en fonction de lui, et exclusivement en fonction de lui. Expliquer, discuter, essayer de convaincre, se mettre en colère ne sert à rien. Pire, ces attitudes renforcent son narcissisme.

Aussi voici huit points pour faire face au pervers narcissique.

 Premier point : Préparez

Prenez le temps d’écrire les comportements pervers qui sont factuellement avérés, ainsi que votre ressentis par rapport à ces derniers. Identifier  une demande de comportement qui aurait été souhaitable de sa part dans chacun de  ces cas au lieu du comportement qu’il a adopté. Gardez bien ses informations vous allez les utiliser dans les points suivants.

Deuxième point : Simplifiez. 

Dans les nombreux points que vous avez identifiés, traitez une seule problématique à la fois. Il est important pour vous de ne jamais aborder deux questions en même temps, mais l’une après l’autre. Sinon que va-t-il se passer ? :  la multiplicité des sujets va être une occasion géniale pour  le narcissique d’emmêler le débat pour parvenir à ses propres fins.

Troisième point : Factualisez.

Mettez-vous d’accord sur les faits, rien que les faits, sans les interpréter. Laisser les ressentis provisoirement de côté. Si vous êtes  blessé ou excédé par son comportement, inutile de lui montrer.

Quatrième point : Existez.

Vous êtes un sujet et pas un objet. Affirmez vos ressentis personnels suite à ses comportements. Ne vous souciez pas de ceux du narcissique. Veillez à vous exprimer indépendamment de ce que lui peut ressentir, penser, interpréter…. Faites-le reformuler en commençant par exemple par «  je ne suis pas sûre de m’être bien exprimé, quels ressentis entends-tu de ma part suite au comportement dont nous venons de parler ? » Vous valider ainsi que l’impact sensible de ces faits est intelligible pour lui. Ne visez qu’à ce qu’il compatisse (Il en est incapable). Visez juste à ce qu’il ait intellectuellement compris ce que ces faits ont provoqué chez vous.

Cinquième  point: Accueillez.

Ecoutez l’interprétation que le pervers narcissique a quant à lui des faits. Restez bien centré sur vos ressentis face à cette interprétation ; ne jugez pas  son interprétation. Occupez-vous de votre ressenti. Noter par écrit son interprétation des faits et vos ressentis par rapport à cette dernière.

Sixième point : Demandez

Faites-lui une demande d’action concrète de sa part  qui évite les effets négatifs sur vous de ces comportements pervers. Veillez à ce que cette action demandée soit  observable et positionnée clairement dans le temps. Par écrit, notez-la et notez son acceptation ou son refus  par le pervers.

Septième point : Actez

Communiquez au narcissique ce que vous avez écrit tant au moment de la préparation qu’au moment de la demande.

Ces écrits ont le double avantage de :

  • Permettre aux deux lecteurs que vous êtes ainsi qu’à des tiers qui les lirons, de dissocier faits, ressentis et interprétations.
  • Garder une trace et commencer à instruire un dossier si besoin, pour faire appel à la justice. Dans un premier temps en  interne à l’entreprise : avertissement par la hiérarchie et la DRH. Dans un second temps externe : main courante au commissariat, saisie de l’inspection du travail …

Le problème du « vivre face » au pervers narcissique, c’est l’évolution de sa pathologie. Tout le monde a des accès de narcissisme ; la plupart savent s’en excuser et réparer.

Pour les autres, quand malgré les demandes, il y a récidive de comportements suspects, alors  la victime doit poser un acte devant un tiers qui incarne la justice.

 Aussi, concrètement, demandez, dans un premier temps, un entretien avec votre propre chef ou votre DRH (si c’est votre chef qui est PS). S’il ne s’agit que d’une alerte, l’affaire sera classée. Sinon, vous pourrez organiser  la lutte en étant soutenu. Vos écrits vous y aideront.

Huitième point : Choisissez

Si la pathologie est vraiment ancrée, un jour, il faudra nécessairement dire « Stop ! » Et si, malheureusement, le pervers narcissique ne peut disparaître de votre environnement professionnel (par exemple si c’est votre chef, votre patron), alors vous devrez choisir : continuer de souffrir, ou partir. Dans les deux cas, ce sera un acte de courage et l’exercice responsable d’une liberté assumée.

Si ces huit points pour faire face à un pervers narcissique vous paraissent aidants alors abonnez-vous  pour profiter d’autres conseils qui viendront en suivant.

Si vous préférez voir et écouter plutôt que lire , voici la version vidéo de cet article. Si cette formule vous convient, abonnez vous à la chaine youtube des Leaders Audacieux

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •