Une appli géniale contre l’ ” entresoilitude ” au travail

Connaissez vous l’ entresoilitude ?

Peut être  votre entreprise est elle frappée d’ entresoilitude ? Ce mal sévit sans s’annoncer . Dans certaines organisations , pas la votre bien sûr 😉 , l’entresoilitude s’est installée. A pas feutrés , des cloisons se sont insinuées entre sites, entre pays, entre niveaux hiérarchiques , entre services, entre métiers, entre catégories ….et plus si affinité. On se cause peu. On se juge. On s’oppose. On se méprise parfois….on ne se mélange pas et gentiment, on tue la Joie.

“Pas nouveau ! ” me direz-vous . Alors à l’ère de la digitalisation , l’entresoilitude va-t-elle empirer ou au contraire, va-t-elle se dissiper?

Réseaux sociaux et entresoilitude.

Dans certaines organisations , pas la votre bien sûr, une course effrénée au “plus , plus vite, mieux avec moins”  a diminué le temps et altéré la capacité de s’ouvrir l’ autreEn parallèle de cet enfermement, une fenêtre s’est ouverte. Laquelle ? Celle qu’on tient son smartphone à la main ,en surfant sur les réseaux sociaux.

Mais là, sans crier gare, des robots détecteurs de vos aspirations, renifleurs de profils acheteurs, vous proposent des vidéos, des articles, qui correspondent à vos aspirations et à vos pensées … Ils renforcent une entresoilitude aux contours certes plus larges . Nous voilà donc face à une ouverture  qui renforce discrètement  le nouvel enferment d’un entre soi  sécurisant.

En effet , n’est-il pas sécurisant de voir notre point de vue , partagé , confirmé, valorisé par un grand nombre ? Alors un entre-soi plus gros, plus large, ne risque-t-il pas de nous illusionner sur l’universalité de notre façon de penser ? Plus conforté dans l’illusion d’avoir raison, ne risquons nous pas de revenir plus fermés dans notre quotidien en 3D ?

N’est -il pas plus simple et plus confortable de se dire que les autres ne font pas ce qu’il faut ?  De façon très terre à terre , combien de fois ai-je entendu  dans l’entreprise , d’un coté que les salariés n’étaient pas assez engagés et entreprenants, de l’autre que les responsables ne délégaient pas suffisemment, que la filiale x se la jouait perso, que les commerciaux ne pensaient pas à la prod., que …

Que de frustrations enfermées dans la prison dorée d’un entre-soi  qui conforte et  ne se contredit pas.

L’ entresoilitude, un facteur stérilisant pour l’organisation et les projets

Concrètement, dans des entreprises frappées d’ entresoilitude , j’entends, par exemple, des services râler de ne pas avoir été impliqués en amont des projets et d’en payer aujourd’hui les pots cassés. En observant la nature, une chose est sûre. Pas de fécondité sans différence ! Pas de stimulation sans diversité ! Comme un tableau monochrome, un plat mono saveur, une voix monocorde… quid du pétillant de la vie ?  Le risque majeur de l’entre-soi n’est il pas de stériliser la créativité, l’innovation  et d’ abîmer la vitalité ?

Et si chaque ombre portait en elle la lumière , une fois que la conscience l’avait éclairée … ?

Regardons les choses sous un jour nouveau : Astuce n° 13  , utiliser des outils digitaux qui décloisonnent l’organisation, les rituels, les pensées.

L’ombre des réseaux sociaux que je décrivais plus haut peut être transcendée. Comment ? Tout dépend de la finalité de l’outil utilisé. Imaginons par exemple par une appli. qui , au contraire , remet de l’ouverture, de l’échange, du mouvement au travers des cloisons traditionnelles de l’organisation. Une appli. qui élargit le champ des possibles. Une appli. qui vise à facilité et stimuler l’audace d’ ” intraprendre” et facilite l’  “entrapprendre”. Une appli . qui permettent de mettre en lien , une envie ,un idée de l’un avec la compétence d’un autre. Une appli qui change de dimension : qui dépasse les codes et rituels relationnels de l’entreprise. Veillez à ce que cette appli . évite les biais d’intentions cachées du type “plan drague” ou tentative de ” bien se placer auprès d’un tel”  : pas de photos et pas de niveau de responsabilités affichés.

Prenez par exemple zewaou, version entreprise. Voilà un outil concret que mon métier (ou plutôt passion pour remettre de la vitalité, de l’agilité et de la fécondité, dans les organisations) me fait applaudir des deux mains et deux pieds. Il  a apporté en 2016 une solution pour dépasser l’entresoilitude . Les collaborateurs se rencontrent et partagent, pas seulement autour de projets, mais autour des envies et des singularités de chaque individu. Ce type de dialogues et d’échanges naturels, passionnés, déborde de possibilités inédites de croissance pour chacun et pour tous. Rappelons nous que  : Les salariés heureux sont 12% plus productifs que leurs collègues (étude Université Warwick, 2014). Rappelons nous également que les jeunes générations attendent de leur employeur qu’il les aide à développer leur employabilité et à développer leur réseau en interne (étude EDHEC NewGen Talent Centre, 2015). Alors utilisons tous les moyens qui nous permettent de franchir les limites d’un “oui, mais”.

Aussi, contre l’entresoilitude recréons de la compagnie dans nos Compagnies 😉 .

Si cet article, vous a plu et servi, merci de le faire  passer à vos amis.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.