l' entretien professionnel

Erreurs majeures de l’entretien professionnel

Bonjour chers leaders audacieux , aujourd’hui j’aimerais vous partager deux erreurs majeures de l’entretien professionnel qui sont à éviter.

Bien que truffés de bonnes intensions , nous les reproduisons sans vergogne en croyant que c’est bon !

Vous voici une fois par an ( ou tous les deux ans pour ceux qui s’en tiennent à l’obligation légale) face à notre collaborateur. Nous le côtoyons au quotidien mais là… nous sommes posés, au calme , avec une à deux heures devant nous. Nos échanges du quotidien sont souvent cannibalisés par les problèmes opérationnels. Lors de cet entretien professionnel, nous pouvons enfin aborder les questions relatives à la contribution respective à la performance de l’entité , ainsi que le niveau d’ autonomie ( compétence x motivation) qui permet de s’en acquitter. Ce temps de bilan permet ensuite de co-décider de plan de développement approprié et ainsi qu’une éventuelle mobilité qui permettent de progresser.

Mes trente ans d’expérience sur le sujet m’ont permis de démasquer deux erreurs majeures de l’entretien professionnel. Je les baptiserais :

  • ” Rien à dire “
  • ” Tu es … ou tu n’es pas …”

Commençons par l’erreur majeure ” Rien à dire ” .

Pierre dit à Jeanne : ” Sur ta productivité : rien à dire, sur la qualité de ton travail rien à dire, en revanche en matière de sécurité…”. Et voilà Pierre parti pendant plus de 20 mn à parler des légers manquements de Jeanne qui , un jour, a pris 5 mn avant d’enfiler ses E P I .

Mais que voulait dire ce double ” Rien à dire ” ? Peut être que Jeanne fait preuve de concentration ! Que quand elle est sur son poste , elle applique les standards et les procédures appropriées ! Peut être encore que sa façon d’opérer est un modèle pour ses jeunes collègues … ! En tout état de fait, plein de choses à dire , agréables à entendre . Ces choses si importantes , pour ne pas dire nécessaires pour se sentir reconnu (e) avec justesse et justice.

Sur les 20 mn de cette partie d’entretien entre Pierre et Jeanne, les exemples concrets explicitant les bons résultats en productivité et qualité de Jeanne , devraient au moins alimenter les 2/3 du temps parlé , plutôt que 30″ expédiées via un “rien à dire ” aussi sec de substance que de temps passé.

Pourquoi balayer de ce “rien à dire”, tant de belles choses à évoquer ? Sommes nous mal à l’aise pour dire ce qui est bien ? Sommes nous pressés d’ aborder ce qui va moins bien , pour nous en débarrasser ? …?

Quelles qu’en soient les raisons, le “rien à dire ” est bel et bien une erreur qui peut facilement être évitée. Transformons le en bouquet de compliments, bien mérités et qui embaumeront les mois à venir et à partager .

Passons à la deuxième erreur majeure ” Tu es ou tu n’es pas “

Un sujet difficile à aborder dans les entretiens professionnels est celui des comportements inappropriés . Jeanne est bordélique, Luc est colérique, Anaïs n’est pas fiable, Thomas est individualiste ….

Nos “tu es bordélique”, “tu es colérique”, “tu n’es pas fiable”, “tu es individualiste” sont des “tu” qui tuent l’entretien et plus largement la relation .

Pourquoi ?

Eh bien , quand Pierre dit à Anaïs qu’elle n’est pas fiable , Anaïs en est choquée. Jamais, au grand jamais , elle n’a divulgué une information que Pierre lui avait communiquée en lui demandant de la garder pour elle avant que l’annonce officielle ne soit faite !!!

Pierre ne comprend pas pourquoi Anaïs , a repoussé cette affirmation et s’est refermée comme une huitre quand il lui a dit qu’elle n’était pas fiable. Pour lui , cette remarque est plus que justifiée : neuf fois sur dix Anaïs ne tient pas les délais sur lesquels elle s’est engagée . Pourquoi Anaïs refuse-t-elle cette réalité ?

Nous pouvons constater que derrière “tu n’es pas fiable” se logent différentes réalités, terribles sources de tensions tant qu’elles ne sont pas explicitées et factuellement argumentées.

Je vous propose de remonter à notre plus tendre enfance pour comprendre la racine de ce biais. Depuis tout petit , il s’est induit une confusion entre deux choses qui n’ont rien à voir : ce que nous sommes d’avec ce que nous faisons : Etre et Faire .

Qui parmi nous n’a pas un jour entendu ou dit ” t’es mignon, t’as bien mangé ta soupe” ou ” T’es vilain , t’as pas mangé ta soupe ” ? Etre et faire , copieusement mélangés dans le gloubiboulga de ce qui est sensé nous édifier .

Alerte rouge : On ne peut pas changer ce que l’on est !!!! En revanche , vous comme moi, on peut changer ce que l’on fait . Par exemple , Jeanne, bien que bordélique, peut ranger les dossiers pour que ses collègues s’y retrouvent lorsqu’elle est en RTT. C’est cela qu’on va lui demander. Et qu’elle fera bien volontiers consciente que la liberté d’être des uns s’arrête où commence celle des autres. Respectée , car il ne lui est aucunement demandé de changer ce qu’elle est.

Dire à quelqu’un que “ce qu’il est” nous va ou ne nous va pas est une hérésie en soit. Il s’agit là d’une erreur majeure à éviter. Aussi, rien ne vaut un petit listing de faits qui alimentent notre façon de penser.

Nous voici affutés pour conduire nos entretiens avec succès : Les “rien a dire” poubellisés , fini le jugement sur des attitudes ( ce que l’autre est ou n’est pas ) ! Et vive l’ évaluation sur les comportements : ce que l’autre fait ou ne fait pas !

Voilà chers leaders audacieux , j’espère que cet article sur les deux erreurs majeures de l’entretien professionnel et les manières de les éviter vous ont interessés . Si vous le jugez utile , n’hésitez pas à le partager à ceux dont vous êtes entouré. Merci par avance, pour eux , pour nous et pour tous ceux qui seront bientôt évalués.

A dimanche 12h12 pour un prochain numéro.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :